Monaco est l’une des plus belles capitales culturelles mondiales où sont majestueusement représentés tous les arts. En ce qui concerne son architecture, Monaco présente de nombreuses constructions qui ont marqué chaque période de son existence. On peut citer la chapelle Sainte Dévote, sur le port, au creux du "Vallon des Gaumates", qui fut bâtie au XIe siècle, en mémoire du frêle esquif qui s’y était échoué et où gisait Sainte-Dévote.

Témoin de la période baroque, la chapelle de la Miséricorde fut construite au XVIIe siècle dans la Vieille Ville. Le Palais Princier, sur le Rocher, a été édifié sur l'emplacement d'une forteresse établie par les Génois en 1215. On peut y admirer sa galerie à l'italienne et ses fresques du XVIe siècle; le Salon Louis XV tout de jaune et or, le Salon Bleu merveille d'harmonie bleu et or; le Salon Mazarin revêtu de boiseries polychromes; la Salle du Trône ornée d'une importante cheminée Renaissance; la Chapelle Palatine construite au XVIIe siècle; la Tour Sainte Marie, en pierres blanches de La Turbie; la Cour d'Honneur et son escalier du XVIIe en marbre de Carrare à double révolution…Il renferme en sons sein la plus grande densité de trésors architecturaux de la Principauté.  Le deuxième bâtiment le plus important du Rocher est le musée océanographique, construit au début du siècle dernier à l’initiative du Prince Albert 1er, surnommé le « Prince navigateur ». 100.000 tonnes de pierres issues de La Turbie ont été nécessaires pour construire cet édifices imposant situé à flanc de falaise jusqu'à la mer Méditerranée, 80 m plus bas.

Par ailleurs, le casino et l’opéra qui comptent parmi les ouvrages les plus reconnus mondialement comme emblèmes de Monaco furent construits en 1879 sous la direction de Charles Garnier 4 ans seulement après avoir conçu son opéra à Paris. Situés en plein cœur de Monaco, ils rappellent une architecture baroque dont l’exubérance intérieure des tapisseries, des peintures et des dorures baroques n’ont d’égale la beauté extérieure du bâtiment. C’est à la même époque où fut construit cet édifice que fut construite la Cathédrale de Monaco. Toute de pierre blanche, celle-ci, de style roman-byzantin, abrite les sépultures des Princes défunts. Elle abrite de nombreuses sculptures et peintures dont un magnifique retable du peintre niçois Louis Bréa datant de l'an 1500. Et ce, depuis des décennies. En effet, elle compte en ses terres de nombreuses entités qui font rayonner la capitale dans le monde tout au long de l’année. Tous ces lieux sont souvent sublimés par des expositions de peintures ou des concerts, de façon exceptionnelle ou récurrente.

Le printemps des arts de Monaco est un bel exemple de réussite culturelle de niveau international qui investit la plupart des lieux de la Principauté pour organiser ses concerts. C’est un rendez-vous annuel qui fait intervenir les plus prestigieux ensembles et les figures majeures de la musique classique en Principauté dans toutes les salles de spectacles, des plus petites comme le théâtre des variétés, en passant par l'auditorium Rainier III, en allant dans l'immense salle de concerts sous-marine du grimaldi forum. Mais aussi dans les lieux historiques telle la Cathédrale ou le musée océanographique, sans oublier l’opéra Garnier. Ce dernier fut bâti en 1879 est s'impose depuis comme l'un des plus beaux écrins de l’art lyrique en Europe. Il a accueilli des milliers d’artistes parmi lesquels tous les plus grands du siècle passés. Depuis plus d’un siècle maintenant les saisons musicales se succèdent et ont présenté au public tous les plus grands ouvrages du répertoire lyrique. Des chefs d’œuvres y ont même été créés comme Amadis et Don Quichotte de Jules Massenet, ou encore L’Enfant et les Sortilèges de Maurice Ravel. De nombreux orchestres invités parmi les plus prestigieux au monde ont joués dans cet écrin.

C’est évidemment le cas de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo qui est aussi une figure de proue de la musique classique en Principauté. Il a été fondé en 1856 et a été dirigé par les plus grands dont notamment Paul Paray, Igor Markevitch, Yakov Kreizberg, Yehudi Menuhin ou Richard Strauss lui-même. Les plus grands solistes se sont aussi produits avec l’orchestre tels Thomas Beecham, Léonard Bernstein, Kyril Kondrachine, Gyorgy Cziffra, Ivry Gitlis, Isaac Stern, Jean-Pierre Rampal. L’orchestre a aussi créé des ouvrages devenus incontournables comme "Pénélope" ou le ballet "Masques et Bergamasques" de Gabriel Fauré. L'orchestre se produit de façon récurrente depuis 1956 dans la cour du Palais Princier et propose des concerts de haute qualité pour les mélomanes estivaux.